“La musique est une arme puissante pour lutter efficacement contre le changement climatique”, soutient Boureima ZOUNDI

Le samedi 8 mai 2021 à Ouagadougou s’est tenu un panel sur la relation entre musique et environnement. Ce panel entre dans le cadre des activités de la 3eme édition du carrefour de la musique verte prévue pour le 26 juin prochain.

Aujourd’hui, le changement climatique est une réalité. Il faut noter que certains comportements de l’homme sont la base de ces changements climatiques. Conscient de cette menace pour  toute l’humanité, le promoteur du carrefour de la musique verte, Boureima ZOUNDI a initié un panel sur la relation  musique et environnement. Pour lui, la musique est une arme puissante pour lutter  efficacement contre le changement climatique. << Les artistes sont détenteurs de pouvoir de mobilisation  et d’influence. Avec eux, le message passe vite et on pourra utiliser ce pouvoir pour la cause environnementale>>, a-t-il soutenu.

<<La musique une solution à la crise environnementale>>, <<Les acquis du programme d’investissement forestier de la mise en œuvre du processus REDD+ au Burkina Faso>> et <<La mobilisation de la finance climat>>, c’est sous ces thèmes que s’est déroulé le panel.

Selon l’artiste Alif naaba, les artistes ont le pouvoir d’impacter positivement les peuples. Pour cela, il invite les artistes à s’engager dans la lutte de la préservation de l’environnement. Concernant la loi interdisant l’importation, la vente et la distribution des sachets plastiques au Burkina Faso, l’artiste n’arrive pas à comprendre pourquoi sa mise en application pose problème. Pour ce faire, il suggère que des décisions fortes soient prises par les autorités.

Dans sa communication qui a portée sur le 2ème thème, Ousmane OUEDRAOGO du programme d’investissement forestier, a proposé deux solutions pour faire face aux changements climatiques. Il s’agit de l’adaptation et l’atténuation. Selon, lui c’est l’atténuation qui place les forêts au centre de tous les intérêts en termes de recherches de solutions pour la stabilisation du climat.

Quant à Nebyida Lamech KABORE du fonds vert pour le climat, spécialiste en atténuation aux changements climatiques, il s’est plus focalisé sur les multiples fonds qui existent pour aider les pays en développement à s’adapter et  à régler les émissions de gaz à effet de serre cause du changement climatique.

Selon Boureima ZOUNDI, ces communications sont les  bienvenues dans la mesure où elles permettent de démontrer la relation entre musique et environnement. <<A travers ces communications, on a pu comprendre que l’art peut être utilisé pour changer les habitudes et  nous estimons que la culture est un vecteur important pour changer les comportements>>, a-t-il fait savoir. Dans cette dynamique, il encourage les artistes à faire des créations sur des thématiques environnementales.

Présent sur les lieux, le représentant du ministère de l’environnement, Paul DJIGUIMDE félicite le promoteur pour cette initiative et lui a rassuré de la disponibilité du ministère à l’accompagner.

Il convient de retenir que la 3ème édition du carrefour de la musique verte est prévue pour le 26 juin 2021. Le promoteur compte ouvrir la musique verte au compte des autres domaines tels le recyclage des déchets et bien d’autres.

Assata SINARE

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.