Planification familiale et nutrition : 27 Maires outillés en stratégies innovantes de mobilisation des financements

SOS Jeunesse et Défis en collaboration avec MSH, le groupe Technique pour la Santé de la Reproduction(GT/SR) et le Réseau de la Société Civile pour la nutrition (RESONUT) a tenu ce jeudi 10 septembre 2020 à Ouagadougou un atelier de plaidoyer auprès des collectivités territoriales pour le financement du dossier d’investissement du Burkina Faso dans le cadre du Mécanisme de Financement Mondial(GFF). L’objectif est d’engager ces acteurs à inscrire des lignes budgétaires pour contribuer au financement du dossier d’investissement du Burkina Faso.  

Après avoir adhérer au GFF, le Burkina Faso est à l’étape d’élaboration d’un dossier d’investissement relatif à la santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, des adolescents et de la nutrition. Dans l’optique de contribuer activement à la mise en œuvre et au suivi de ce dossier, le RESONUT a affirmé qu’il est opportun d’obtenir l’engagement des collectivités territoriales.

Ce sont au total 41 participants issus des collectivités territoriales, des organisations du GT/SR, du RESONUT, des services du ministère de la santé, du GFF au BF et des OSC qui ont pris part à cet atelier. Plusieurs thématiques ont été abordées à savoir le processus d’élaboration et présentation du dossier d’investissement du Burkina Faso, l’état des lieux du financement de la planification familiale(PF), les stratégies de mobilisation des ressources.

Selon le chargé du projet de la composante C du Programme d’Appui aux Collectivités Territoriales, Léopold KOHOUN, les maires rencontrent des difficultés pour mobiliser les ressources financières. Pour remédier à cela, quelques stratégies innovantes  ont été  proposées. Il s’agit entre autres de l’amélioration des procédures de recouvrement, la maitrise fiscale, la promotion de la transparence budgétaire, la culture de la participation citoyenne, l’implantation de la démarche budget participatif, la mise en place d’un cadre de concertation de veille et de suivi des budgets incluant les OSC.

En ce qui concerne la planification familiale, le chargé du programme PF DSF, Dr Mathieu BOUGMA, soutient que l’Etat et ses partenaires doivent assurer un financement intégral et continu des produits contraceptifs afin de garantir une pérennité et une durabilité en approvisionnement de produits contraceptifs.

Sur ce, les collectivités territoriales s’engagent à inscrire ces lignes budgétaires au niveau de leurs communes. « Nous nous engagerons à prévoir une ligne budgétaire afin que la santé de la femme et des enfants puisse être prise en compte », a promis le maire de la commune de pissila, Wendiata SAWADOGO.

En rappel la vision du Mécanisme mondial de financement de la santé  est de mettre fin aux décès des mères en couche, des nouveau-nés, des enfants et des adolescents.

Assata SINARE et Alida SOME (stagiaire)

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.