Ouagadougou: La promotion 2019-2020 de l’école nationale des postes offre des vivres aux déplacés internes de Pazani

Les élèves stagiaires de l’école nationale des postes (promotion 2019-2020) ont offert des vivres à 760 déplacés internes de Pazani une localité située à Ouagadougou ce vendredi 24 juillet 2020. Ce don composé de sacs de riz et de savons permettra aux déplacés de surmonter les difficultés auxquelles ils font face.

 

Dans un élan de solidarité, les élèves stagiaires de l’école nationale des postes ont apporté le sourire à 760 déplacés internes installés à pazani. En effet, ces élèves ont offert des vivres composés essentiellement de sacs de riz et de savons à ces personnes en difficulté.

Il faut noter que ces déplacés viennent de différentes localités du Burkina Faso à savoir la province de Soum, la commune de Tongomayel et le village de Silgadji.

Le délégué général des stagiaires de l’école nationale des postes promotion 2019-2020, Michel Edmond Konaté a souligné que ce geste entre dans le cadre des activités du bureau des élèves. Il a fait savoir qu’ils ont pris cette initiative afin de soutenir ces déplacés internes dans ces moments difficiles. «L’ensemble du bureau à travers les stagiaires et la hiérarchie de l’école a apporté cette petite contribution pour soulager les familles des déplacés. Nous avons voulu à travers ce geste témoigner notre solidarité et notre compassion envers ces personnes car nous sommes des hommes integres et solidaires», a t- il affirmé.

Pour le représentant de ces déplacés, Ali Tabsoba, ce geste est un ouf de soulagement car il leur permettra de pouvoir tenir un tant soit peu en cette période difficile. Pour cette raison, il remercie les donneurs du jour.

Quant à la directrice de l’école nationale des postes, Celine Ilboudo, elle s’est réjouie du geste des élèves. C’est un sentiment qui l’anime. «Je suis prête à les accompagner dans la mesure des moyens dont je dispose. Ma présence à leur côté témoigne de mon intérêt pour les activités qu’ils mènent», promet la directrice.

Vue leur nombre élevé, ces déplacés lancent un appel de solidarité à toutes les bonnes volontés car ils sont vraiment dans le besoin. Les difficultés qu’ils rencontrent sont entre autres la scolarisation des enfants, le manque de vêtements, de vivres et bien d’autres. « Ce sont des gens qui n’ont rien emporté lorsqu’ils fuyaient les terroristes», a soutenu le représentant. Afin qu’ils puissent regagner leur différentes localités, ces déplacés demandent aux autorités de redoubler d’effort et de tout mettre en oeuvre pour instaurer la sécurité et la paix au Faso.

Assata SINARE

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.