Burkina Faso : Destruction de plus 300.000 litres de boissons frelatées saisies

Le ministère du commerce, de l’industrie, et l’artisanat à travers la Brigade Mobile de Contrôle Economique et de la Répression des Fraudes (BMCRF) a procédé à la destruction de boissons frelatées ce jeudi 2 juillet 2020 à Ouagadougou. Il s’agit de plus six millions de sachets de boissons alcoolisées et des jus  impropres à la consommation qui ont fait l’objet de destruction au centre d’enfouissement de Tanghin. Après cette opération de destruction, s’en est suivie une conférence de presse sur le cahier de charges des boissons alcoolisées.

La consommation abusive d’alcool en général et celle des boissons frelatées en particulier est reconnue comme étant un fléau ayant d’énormes conséquences socio-économiques. Il est à noter que la principale cible reste la jeunesse. Le gouvernement burkinabè s’est engagé dans une lutte sans merci contre les boissons frelatées en vue de protéger les consommateurs. C’est dans cette logique que par arrêté ministériel, le gouvernement a interdit la production, l’importation, la commercialisation, la détention, et l’offre à titre gratuit de liqueurs et autres boissons spiritueuses.

A ce jour, le ministère du commerce et la BMCRF en collaboration avec les forces de défense et de sécurité ont procédé à la destruction des boissons frelatées. Les produits qui ont fait l’objet de destruction sont composés de liqueurs en sachets plastiques et en bouteilles PET de moins de 30 centilitres. C’est au total plus de six millions de sachets et bouteilles soit environ 300.000 L de liqueur qui ont été saisis par la BMCRF sur l’ensemble du territoire national.

Pour le coordonnateur général de la BMCRF, Yacouba Bila, il s’agit à travers cette action de destruction, d’interpeller les commerçants sur le caractère illégal du commerce des produits prohibés et impropres à la consommation. « Certes, il y a toujours des boissons frelatées dans les débits mais nous nous attaquons d’abord aux importateurs. Les importateurs qui ne respecterons pas les textes en vigueur seront poursuivis et punis par la loi », a laissé entendre le coordonnateur.

Quant à la conférence sur le cahier de charge des boissons alcoolisées, il s’est agi principalement de l’interdiction de la production de liqueur et autres boissons spiritueuses sur toute l’étendue du territoire national. Cet arrêté ministériel intervient dans le but d’assainir le secteur des boissons alcoolisées  et permettre aux structures de contrôle de disposer d’un référentiel juridique dans la lutte contre la production et la commercialisation des boissons frelatées. Le projet de cahier de charges règlemente et définit les activités de production industrielle et les différentes catégories de boissons alcoolisées.

Ismaël KIEKIETA

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.