Habitat et Urbanisme (1): Le processus d’urbanisation est générateur d’énormes déficits sociaux au Burkina et il faut impérativement une bonne politique à l’horizon 2050

Au Burkina Faso, selon la politique nationale de l’habitat et du développement urbain, le taux d’urbanisation est passé successivement de 6,4% en 1975 à 15,5% en 1996. En 2006, ce taux a été estimé  à 20,3% et pourrait atteindre 35% à l’horizon 2026. Il convient de savoir que ces taux  d’urbanisation tels que présentés sont parmi les plus faibles de la sous-région. La croissance urbaine va de mèche avec  l’amélioration continue du cadre de vie des populations. Il s’agit de la construction des équipements de superstructures, d’infrastructures, de viabilisation des espaces de vie et des services urbains de base.

Le paradoxe dans les pays africains sous-développés en général et aux pays des hommes intègres en particulier, est que le processus d’urbanisation est générateur d’énormes déficits sociaux et d’une forte demande sociale pratiquement insatisfaite quand on s’en tient aux ressources disponibles pour le développement. Ainsi à l’instar de bien d’autres pays africains, la croissance urbaine au Burkina Faso se caractérise fondamentalement par une simple augmentation de la population vivant en ville, ce qui explique des conséquences immédiates telles que :

-une insuffisance des infrastructures de base et un accès difficile aux services urbains de base (santé, éducation, assainissement, transport, environnement, etc.)

-un déficit croissant en logement

-un chômage et un sous-emploi endémique

-un développement de l’insécurité urbaine.

La croissance spontanée et non maitrisée de nos centres urbains, produira invariablement des travers sociaux préjudiciables au développement harmonieux de l’ensemble du pays. C’est dans cette logique que le ministère de l’habitat et l’urbanisme qui a pour mission la planification et la maitrise du développement des centres urbains, l’aménagement et la gestion de l’espace urbain, la mise en œuvre d’une politique nationale du logement, est  dans la nécessité de trouver une stratégie globale pertinente d’approche des questions urbaines en vue de réunir les conditions d’émergence d’un développement urbain  durable.

Pour résoudre de façon drastique toute cette problématique liée à l’habitat et à l’urbanisme, il faut impérativement l’élaboration d’une bonne politique nationale qui aura pour finalité réelle une bonne démarche et un plan opérationnel qui se projettent sur l’avenir et qui prend en compte toutes les dimensions.

Ismaël KIEKIETA (source : Politique Nationale de l’habitat et de développement urbain, mars 2008)

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.