Burkina/environnement: Modernisation du système de gestion des déchets, une solution efficace pour une ville propre

Les villes africaines sont aujourd’hui confrontées à une problématique urbaine. En particulier la ville Ouagadougou au Burkina Faso fait face à des difficultés liées à la gestion des déchets. Cette situation est de plus en plus critique à cause de la production croissante des déchets favorisée par la croissance démographique et la prolifération des bidonvilles. Pour remédier cela, la modernisation du système de gestion des déchets et le renforcement des capacités comme une solution efficace pour promouvoir le développement urbain durable et assurer la stabilité économique et sociale des villes.

La gestion des déchets constitue un enjeu environnemental et sanitaire crucial. Au Burkina Faso, plusieurs structures et associations telles que CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer du Burkina Faso, ACRA Burkina Faso, La Plateforme Re-Sources opèrent dans la collecte, le transport et la gestion (tri, recyclages, etc.) des déchets solides ménagers et assimilés. La plupart de ces structures et associations travaillent dans des conditions précaires pour la collecte et le transport des ordures ménagers. Cela se fait soit par des taxis motos ou des charrettes conduites par  les employés. A cela, s’ajoute la mairie centrale qui dispose des véhicules pour le ramassage des déchets mais cela reste insuffisant.

Certes, ces structures en charge de la question font des efforts pour une meilleure gestion des déchets mais l’on constate la persistance de l’insalubrité dans les différentes villes du Burkina Faso. Dans l’optique de la modernisation de la chaîne de collecte, de transport et de gestion des déchets solides ménagers et assimilés, il est nécessaire pour le Burkina Faso de s’inspirer du modèle de gestion des déchets de certains pays africains comme la Cote d’Ivoire, les expériences innovantes de collecte des déchets en Afrique du Sud ou en Tunisie.

En Côte d’Ivoire, il y a ECOTI-SA, une association d’entreprises spécialisées dans la collecte, le transport, la construction et l’exploitation des ouvrages de gestion des déchets ménagers. L’on retrouve également Eco EBURNIE, une structure dont la mission porte d’abord sur la pré-collecte, la collecte et le transport des déchets vers leur destination finale, et aussi sur le balayage et le curage des caniveaux. Ce nouvel opérateur en charge de la gestion des ordures déploie plus de 300 camions de collecte d’ordures dans quelques communes du District d’Abidjan.


Avec l’expérience des autres pays, la collecte des déchets au niveau du Burkina pourra se faire à grande échelle. Il faut noter que les structures et les autorités burkinabè œuvrant dans ce domaine gagneraient mieux en modernisant leur système de gestion des déchets solides et ménagers.  Les produits issus du traitement de ces déchets pourront être transformés et valorisés comme le fait l’entreprise TECO2 .  Leur valorisation peut permettre de produire de l’énergie à partir du biogaz, des biofertilisants et des matériaux recyclés.
Il est nécessaire aussi de revoir les mécanismes de financement et d’aller vers une responsabilité partagée des acteurs. Autorités et populations sont interpellées dans la gestion des déchets car la meilleure gestion de ceux-ci contribuera à l’amélioration des conditions de vie.

Assata SINARE

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.