Edito/Covid 19 : Pourquoi le taux de contamination augmente très vite au Burkina Faso et dans la sous-région ?

Le coronavirus  secoue  tous les pays du monde. Apparue en Chine en décembre 2019, cette maladie a au fur et à mesure atteint presque tous les autres pays du monde. L’Afrique était l’un des continents qui n’était pas atteint. Mais tout récemment,  il y a une vague de pays africains qui ont enregistré des cas de coronavirus. Le premier cas au Burkina Faso date du 9 mars dernier. Mais le constat est alarmant, le taux de personnes contaminées augmente très vite au Burkina Faso.

De 2 cas, le Burkina Faso est aujourd’hui à  99 cas de coronavirus et 4 cas de décès et 05 guerrisons. Cela montre que le virus se propage rapidement au pays des hommes intègres. La responsabilité de tous est engagée. Aucune mesure de prévention ne doit être négligée.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que cette pandémie dont un remède officiel de traitement n’a encore été trouvé est une infection humaine qui se propage de personne en personne par des gouttelettes respiratoires, des gouttelettes de salives et tout ce qui est particule qui provient du malade. Par un contact direct avec le malade, l’on peut être exposé à la maladie. La période d’incubation va de 2 à 14 jours après infection. En effet, l’infection provoque des manifestations respiratoires pouvant aller au simple rhume à des formes un peu plus compliquées.

Si le taux de contamination augmente à un rythme accéléré au Burkina, l’on pourrait dire que cela est en partie dû à de la négligence, de l’incivisme. Dans le dernier discours du Président du Faso il a mis en place un certain nombre de mesures de prévention. Parmi elles, il y a l’instauration d’un couvre-feu allant de 19h à 5h du matin. Mais dès le premier jour, nombreux sont des citoyens qui ont ignoré cela. Mais la police nationale a contraint les fautifs au respect strict de ces mesures.

Ce qui est inquiétant dans la lutte contre cette pandémie, ce sont les maquis qui continuent de regrouper plus de 50 personnes à longueur de journée. Ces comportements montrent que la population burkinabè surtout Ouagalaise ne prend pas la maladie de Covid 19 au sérieux. Cependant, il faut noter que les pays développés ont enregistré des pertes énormes à cause du coronavirus, malgré leur niveau de développement sanitaire. Il va de soi que chaque pays prenne des mesures convenables pour lutter contre la pandémie du covid-19.

Des mesures ont été prises par les autorités Burkinabè en vue de  limiter sa propagation. Parmi elles, il y a :

-le lavage régulier des mains avec du savon ou l’utilisation d’une solution hydro alcoolique pour les frictionner ;

-la protection de la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir avant de toucher ou d’éternuer ;

-éviter les contacts avec les animaux et la consommation de produits d’origine animale crus ou mal cuits ;

-éviter les contacts rapprochés avec les personnes présentant une toux et un rhume.

– ne pas cracher à terre.

Les mesures récentes prises par les autorités burkinabè sont salutaires mais force est de reconnaitre qu’il reste beaucoup à parfaire. Les autorités doivent veiller au respect strict des mesures prises. Il faudrait fermer simplement les maquis, les débits de boisson et limiter à la baisse le nombre de personnes autorisées par regroupement. Le ministère de commerce doit avoir un regard sur les commerçants qui profitent de cette situation pour se faire de l’argent en augmentant les prix des masques de protection, des gels hydro alcooliques de façon exagérée.

L’heure est à la solidarité, c’est pourquoi toutes les bonnes volontés sont invitées à faire parler leur cœur en donnant  des équipements de protection aux populations vulnérables.

 

 

La rédaction

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.