Musique : Le nouveau single de RAS SIMPOSH baptisé « Environnement », sensibilise sur la protection de l’environnement

L’artiste Reggae Maker, RAS  SIMPOSH a organisé une conférence de presse le lundi 21 septembre 2020 à Ouagadougou. Cette rencontre avec les hommes de media avait  pour objectif de lancer officiellement le clip de son nouveau single intitulé « Environnement », une chanson dans laquelle, l’artiste sensibilise la population sur la nécessité de protection de l’environnement. Ce lancement officiel s’est tenu sous l’égide du  ministre de l’Environnement, de L’Economie Verte et du Changement Climatique, Nestor Batio BASSIERE.

Au Burkina Faso, l’artiste Reggae Maker, RAS SIMPOSH, se compte désormais parmi les artistes défenseurs de l’environnement et de l’écosystème. En effet, la protection de l’environnement passe nécessairement par les campagnes de sensibilisation afin de limiter ou supprimer l’impact négatif des activités de l’homme sur son milieu naturel. C’est sans nul doute dans cette optique que RAS SIMPOSH, artiste Reggae Man burkinabè dans sa chanson insiste sur la protection de l’environnement. Il combine le moré, le bambara, le français et l’anglais dans son Reggae pour rendre son message plus accessible à toute l’Afrique et le reste du monde.

Il faut noter qu’il sensibilise la population sur la protection de l’environnement à travers les méfaits des feux de brousse, de la coupe abusive du bois, du braconnage, de l’utilisation des sachets plastiques non biodégradable et des produits utilisés dans les sites d’orpallages tels que le cyanure et le mercure.

Pour le ministre de l’Environnement, de L’Economie Verte et du Changement Climatique, Nestor Batio BASSIERE, ce fut un honneur pour lui d’assister à la sortie officielle du clip de l’artiste RAS SIMPOSH sur l’environnement dans la mesure où l’artiste met l’accent  sur la sensibilisation de tous les citoyens en revenant sur des fondamentaux  connues sous la révolution à savoir les trois luttes. « Ce qui est intéressant dans le clip c’est qu’il va au de-là des trois luttes en intégrant également le péril plastique ainsi que les produits chimiques. Le département du ministère de l’environnement encourage l’artiste pour son effort et son engagement dans la mise en œuvre de la politique du département », a-t-il affirmé.

En définitive, tous les citoyens Burkinabè doivent ensemble travailler pour la protection de l’environnement en évitant les feux de brousses, la coupe abusive du bois et la divagation des animaux afin de rendre l’environnement sain et plus agréable à vivre.

Minata SANFO (Stagiaire)

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.