59 anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : La région du centre-est bénéficie d’un bitumage de plus 47,6 km

La célébration tournante de la fête de l’indépendance du Burkina Faso est une occasion pour l’État burkinabè de réaliser des infrastructures socio-économiques modernes afin de booster davantage le développement dans les différentes régions. Pour ce 59e anniversaire, le magazine CITE ELEGANCE a posé un regard critique sur les voiries de la région du centre-est qui abrite les festivités du 11 décembre 2019. Notamment sur les expériences des après 11 décembre, où les infrastructures semblent laissées pour compte.

L’État burkinabè a consenti un effort dans le cadre de la célébration de la fête nationale de l’indépendance 2019, dans la région du centre-est, en matière de construction d’infrastructure. Ce sont au total, 15 milliards qui ont été mobilisés pour réaliser les infrastructures dans la région du centre-est. La région a bénéficié de l’aménagement et du bitumage de plus de 47,6 km de voiries dont 5,243 km à Koupéla et 5,1 KM à Ouargaye. En termes de réhabilitation, 15 km de pistes avec un ouvrage de franchissement ont été réalisés. A cela s’ajoutent l’aménagement de trois aires publiques pour les tribunes, les parkings et environ 65 km de caniveaux. Pour la ville de Tenkodogo, il faut noter 39 rues bitumées enduit superficiel.

Les travaux d’infrastructure réalisés dans la région du centre-est, vont permettre une bonne structuration du réseau routier urbain des communes bénéficiaires dans la région et surtout améliorer la circulation et la fluidité du trafic urbain à l’intérieur des villes de Tenkodogo, Koupéla et Ouargaye.

La responsabilité des infrastructures routières réalisées en marge de la commémoration de l’indépendance du Burkina Faso incombe à tous les citoyens. Tous les comportements qui tendent à détruire son condamnable. Même si pour certains, l’entretien et le suivi de ces infrastructures doivent être l’œuvre des autorités administratives et municipales. En témoigne, on peut citer l’après 11 décembre de Gaoua, où on a constaté que certains habitants de la ville ont ramassés nuitamment les concassés de goudron aux abords des routes nouvelles bitumées. D’autres ont dégradé les infrastructures d’une manière incivique. Les autorités de la ville de Tenkodogo doivent tirer leçon des indépendances de Gaoua. Il s’agira pour eux de mettre en place un comité de supervision et de suivi des infrastructures réalisées. Il faudrait mettre en place des mécanismes de sensibilisation sur la gestion des infrastructures réalisées pendant la fête nationale.

Du reste, nous attendrons la saison pluvieuse pour vérifier la qualité des infrastructures routières réalisées dans la région du centre-est.

Ismaël KIEKIETA

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.