La nuit de la lecture : Une solution pour susciter le goût de la lecture

 

La médiathèque du Faso en partenariat avec l’institut français, a mis en œuvre la nuit de la lecture. Une activité qui ambitionne de cultiver et de promouvoir le goût de la lecture au sein des plus jeunes et des adultes. Tous les acteurs autour du livre, l’écrivain, l’éditeur, l’imprimeur viendront expliquer à la population en quoi consiste le métier de l’écrivain. Cette initiative pourrait susciter des vocations aux jeunes dans un milieu où la lecture est de plus en plus délaissée. Conscient des bienfaits de la lecture, la médiathèque a fait de cette activité un cheval de bataille pour ramener les enfants à la lecture.

Pour le directeur général du livre et de la lecture publique Koen Diallo la nuit de la lecture est une manifestation dont l’objectif est de promouvoir le livre et la lecture publique au Burkina Faso. Il ajoute « nous avons demandé un représentant de tous les acteurs du livre, les éditeurs, les auteurs, les libraires, les imprimeurs et les archivistes pour venir expliquer et décrire de façon précise le contenu de son métier avec le public. Nous pensons qu’au sortir de cette activité, nous allons créer des vocations ».

Le Pr Adama Ouédraogo, un participant, c’est une activité qui permet d’édifier l’enfant et qui participe à la formation de sa personnalité. La lecture prodigue une autre forme de conseil et d’éducation pour les enfants. Pour lui cette activité très importante pour lui et ses enfants, il trouve toujours du temps pour accompagner ses enfants dans des initiatives qui leur permettront d’apprendre plus.

Le représentant de la médiathèque du Faso, Edgar Kaboré soutient qu’il s’agit d’une activité d’une activité qui concerne les enfants et des adultes. « Il s’agit de promouvoir le goût de la lecture. C’est une activité qui est ouvert à tout enfant et il est primordial de ramener les enfants à la lecture » laisse entendre Edgar Kaboré.

La nuit de la lecture est vraiment un canal de promotion et de catalyseur pour le développement de la lecture.  C’est une activité qu’il faut soutenir et développer dans toutes les régions du Burkina Faso.

Ismaël Kiekieta et Assata Sinaré

   Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.