Transport au Burkina : mise en place de la faitière des organisations des transporteurs du Burkina Faso

Le jeudi 09 mai 2019, le ministère des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière a organisé une conférence à Ouagadougou sur la nécessité de créer une faitière des organisations des transporteurs du Burkina Faso. Cette conférence avait pour but d’expliquer aux différentes structures organisationnelles des transports sur la nécessité de mise en place d’une faitière qui sera le porte-parole des transporteurs du Burkina.

La situation dans laquelle évoluent les acteurs du secteur des transports au Burkina Faso est compromise par des inerties organisationnelles qui empêchent l’évolution vers plus d’efficacité des structures de transport. Nonobstant, le domaine des transports routiers fait encore face à d’énormes difficultés organisationnelles qui limitent les performances des transporteurs.

Le terme « faîtière » dans le contexte du secteur des transports publics routiers désigne une structure nationale qui regroupe en son sein l’ensemble des organisations socioprofessionnelles des transporteurs routiers. C’est un organe exécutif chargé de la défense des intérêts moraux et matériels de tous les transporteurs routiers et le seul interlocuteur vis-à-vis de l’administration.

Sa mise en place qui se veut consensuelle tant du point de vue de sa structuration, de sa composition, de son organisation, de sa couverture nationale que de sa mission et de ses fonctions se fera dans le strict respect du principe de la liberté d’association posé et garanti par les textes en vigueur.

Le processus de la création d’une faitière intervient dans le but de réunir les principaux acteurs autour du projet ; de susciter la prise de conscience et le dialogue sur la question de l’organisation du secteur et de définir, faire prendre en compte la politique du Gouvernement en matière d’organisation et de professionnalisation du sous-secteur.

Pour l’instauration de cette faitière, il y a des parties qui peuvent prendre à cette structure de base. Il s’agit du Ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation ; du Ministère de la Sécurité ; des Gouverneurs, les présidents de conseils régionaux, les maires et les personnes ressources ayant de solides connaissances du système des transports et d’organisation des acteurs.

Les impératifs liés aux cadres juridique et réglementaire adoptés au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO exigent aujourd’hui que les transporteurs routiers du Burkina Faso disposent d’un appareil syndical unifié. Ce besoin est d’ailleurs exprimé par les transporteurs eux-mêmes qui souhaitent avoir un interlocuteur unique avec l’Administration en charge des transports pour les diverses négociations et activités touchant aux intérêts de leurs corporations. Ce processus inclusif mettra définitivement fin aux dysfonctionnements organisationnels constatés dans la filière du transport routier au Burkina Faso.

Ismaël Kiekieta

 

 

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 7 =