Salon Panafricain de l’Immobilier 2020: la 2ème édition referme ses portes par  un dîner gala

Le salon panafricain de l’Immobilier (SPI) a refermé ses portes par un dîner gala dans la soirée du samedi 22 janvier 2020 dans la salle de conférence de Ouaga 2000 après trois jours de réflexion. Cette cérémonie de clôture a été marquée par la lecture du rapport général, la remise d’attestations, de trophées et un dîner offert par le comité d’organisation.

Initié par l’association des agents immobiliers du Burkina Faso(2AIBF), ce salon a pour objectif principal de regrouper l’ensemble des professionnels de l’immobilier en Afrique et plus précisément au Burkina Faso afin de créer un réel marché de l’Immobilier au profit de tous les intervenants dans le secteur pour une émergence économique et  sociale de l’Afrique.

Ce salon a vu la participation de la majeure partie des acteurs clés du domaine, notamment celui des promoteurs immobiliers, des agents immobiliers, des architectes, des investisseurs mais aussi celui des étudiants et de la population.

Des trophées (des trophées d’honneurs, le prix de la reconnaissance) et des attestations  ont été décernés aux acteurs et partenaires qui ont marqué leur participation à l’événement afin de les inciter vers l’excellence dans le domaine de l’immobilier.

Au cours de la cérémonie, le rapport général a été présenté. Il y est recommandé de :

– améliorer l’organisation pour que ce salon soit la vitrine de l’Immobilier au Burkina Faso;

-veiller au respect du timing et améliorer la mobilisation de grand public;

–  améliorer et rendre plus compréhensible le mode et le mécanisme de calcul des prix du loyer et celui des coûts de la terre au Burkina Faso;

-simplifier les procédures et les délais d’obtention du titre foncier, etc.

Selon le président du comité d’organisation, Boubakar Compaoré, ce salon a été une très bonne séance de travail avec les partenaires. «Ce soir nous sommes très ravis et honorés  pour la réussite de cette édition», soutient-il.

Afin de faciliter l’accès aux logements, les acteurs veulent l’adoption des textes qui allègent non seulement l’acquisition du foncier mais également les conditions de financement immobilier afin de permettre une acquisition à moindre coût, souple et accompagnée des mesures des banques qui pourront donner un très long délais d’amortissement des investissements des acquisitions que les populations feront.

«Ce salon est une excellente initiative car il nous permet de voir la vitalité et  le niveau d’évolution du secteur de immobilier en Afrique et particulièrement au Burkina Faso», dit le représentant de la délégation étrangère, Amos Beonaho. Selon lui, la question foncière est une question cruciale en Afrique.

Pour cela, il propose que les décideurs politiques en accord avec les promoteurs privés  s’entendent sur des modalités d’acquisition de terrains pour les mettre en valeur afin de  donner la possibilité à ses compatriotes d’avoir des logements décents.

Pour sa part, le représentant du ministre de l’urbanisme, Moussa Bagagnan, a fait savoir que le ministère est bel et bien conscient des difficultés qu’il y a dans le domaine. Il affirme qu’au  terme de cette année, le ministre pourrait présenter un bilan de près de 10 000 logements construits sur l’ensemble du territoire national.

En rappel  le SPI s’est déroulé du  20 au 22 févier 2020 et a été placé sous le parrainage du ministre de l’urbanisme et de l’habitat, Dieudonné Bonanet.

 

 

Assata SINARE

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.