7e édition des NIP : la parenté à plaisanterie au menu pour renforcer la cohésion sociale au Burkina Faso

Face à la presse, la fédération du CARTEL a annoncé le jeudi 17 octobre 2019 à Ouagadougou la 7ème édition des Nuits Internationales de la Plaisanterie(NIP). Placée sous le thème : « La parenté à plaisanterie facteur de cohésion sociale » et parrainée par le ministre de la culture, Abdoul Karim SANGO, cette édition se tiendra du 21 au 27 octobre 2019 à Ouagadougou.  

Du 21 au 27 octobre 2019, Ouagadougou abritera la 7ème édition des Nuits Internationales de la Plaisanterie (NIP) placée sous le thème: « La parenté à plaisanterie facteur de cohésion sociale ». Le thème de cette édition tient compte du contexte sécuritaire que traverse le Burkina Faso. « L’esprit qui guide ce festival de manière générale est qu’aujourd’hui tout le monde est convaincu que le vivre ensemble est mis en mal par le terrorisme », affirme le président du Cartel, Ildevert MEDA. Il ajoute que ces malfaiteurs utilisent un mode opératoire qui monte les communautés les unes contre les autres et viole des valeurs intrinsèques et endogènes de la culture burkinabè.

Le président du festival, Anatole Kouama pense que cette année, à travers l’humour et le rire, ils amèneront les populations à rire et non pas se laisser malmener par ces forces du mal.

Les NIP sont un cadre de rencontre et d’expression humoristiques qui réuniront une soixantaine d’artistes et amoureux de l’art humoristique d’Afrique et d’ailleurs. Son objectif est de valoriser et de promouvoir la parenté à plaisanterie par le biais du théâtre comique, du stand up, du one man show, etc. Les spectacles se tiendront respectivement à Rimkiéta, au Cercle des arts vivants/Atelier du rire, au Collectif des Architectes du Rire(CAR), à la Maison du peuple et à l’espace Grace Théâtre. Pendant sept jours, cette pléiade d’artistes humoristes viendra rehausser le niveau de la soirée avec des prestations, des spectacles, des danses, de la musique, etc.

En plus d’inspirer les artistes, cet évènement leur permet également de véhiculer un message de paix, de solidarité et de contribuer à la valorisation du patrimoine culturel du Burkina Faso en particulier et de l’Afrique en général.

Les NIP se tiennent tous les deux ans pour des raisons organisationnelle et financière, selon son président. « Au départ c’était tous les ans mais avec les difficultés financières, on a dû les ramener tous les deux ans pour pouvoir prendre le temps de s’organiser et de rechercher les moyens pour  son organisation », dit-il.

En rappel, les NIP sont pilotées par l’Association Grace Théâtre du Burkina Faso (AGTB) depuis 2009.

ASSATA SINARE

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.