Entrepreneuriat social au Burkina Faso: une stratégie pour booster le développement durable

Ce mercredi 14 août 2019, le Projet Femmes-Jeunes Entreprenants et Citoyenneté (ProFeJeC) avec l’appui du Luxembourg AID & DEVELOPMENT et le Ministère de la jeunesse, ont organisé à Ouagadougou un panel sous le thème : « Entrepreneuriat Social : facteur d’accélération des objectifs de développement durable ». Animé par Me Halidou Ouédraogo, Dr Sylvestre Ouédraogo et Aurélie Bureth, l’objectif de ce panel c’est de partager les idées et les expériences afin d’inciter les femmes et les jeunes à se tourner vers l’entrepreneuriat social.

Le panel sur l’entrepreneuriat social intervient au profit de l’amélioration de la contribution des jeunes et des femmes au développement économique et social durable du Burkina Faso. À travers L’autonomisation économique et la contribution des jeunes et des femmes, le pays pourra faire face aux problèmes sociétaux, grâce à une culture de paix et de valeurs civiques.

A la question de savoir qu’est-ce que l’entrepreneuriat social ? Me Halidou Ouédraogo répond que l’entrepreneuriat social c’est une entreprise qui est utile à son pays. Pour lui, l’entrepreneur social met l’accent sur le groupe social, il doit générer de la valeur ajoutée. « Avec l’insécurité, le développement est beaucoup plus difficile et les plans d’entrepreneuriat sont souvent réduits à néant. Mais il faut savoir que l’entrepreneuriat c’est faire face à ses difficultés et développer des initiatives. C’est en somme un comportement qui fait face à une situation particulière », a-t-il expliqué.

Le Dr Sylvestre Ouédraogo, lors de son allocution, a soutenu que le défi majeur de l’entrepreneur social c’est de contribuer à une meilleure connaissance de l’entrepreneuriat social à travers sa définition et sa pratique, mettre en exergue les liens entre la pratique de l’entrepreneuriat social et la réalisation des objectifs de développement durable. Il souligne que l’entrepreneur social n’est pas forcément un leader mais qu’il peut être caché et mener des activités pour changer le monde.

Quant à Aurélie Bureth, représentante Entrepreneurs du Monde au Burkina, elle soutient que l’entreprenariat social nécessite une forte responsabilité : «Il faut tester, expérimenter et avancer », a-t-elle souligné.

Cette stratégie est un véritable moyen d’accélération des objectifs de développement durable pour les panelistes. Les participants ont été sensibilisés à l’entrepreneuriat innovant à fort impact social et environnemental.

Ismaël Kiekieta et Zonouhan Laya (stagiaire)

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.