Mouvement d’humeur du SYNATIC : Le syndicat demande au gouvernement de respecter ses engagements

Le bureau national du Syndicat Autonomes des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) a organisé un point de presse ce lundi 6 mai 2019 à la Bourse du travail à Ouagadougou. L’objet de ce point de presse portait sur l’étape actuelle de la mise en œuvre du protocole d’accord signé le 29 décembre 2016 avec le gouvernement.

Après plus de deux années d’attente marquées par le processus interminable des études techniques préalables au passage des médias publics du statut d’Etablissement public de l’Etat(EPE) à celui de Société d’Etat (SE), le secrétaire général du  SYNATIC, Sidiki Dramé soutient que les travailleurs des médias publics n’ont toujours pas bénéficié de ce nouveau statut. « Rien ne peut justifier une telle léthargie si ce n’est le manque de volonté manifeste du gouvernement de ne pas mettre en œuvre ce point clé du protocole d’accord qui est avant tout son propre engagement », ajoute-t-il. Selon le secrétaire général, le SYNATIC a suivi tous les processus pour le changement de statut des médias publics au statut de Société d’Etat (SE).

Au cours d’une audience accordée au bureau à leur demande le 2 avril 2019, le ministre de la communication,  Rémy Fulgance Dandjinou s’est engagé pour l’enrôlement et l’examen du dossier par le conseil des ministres en fin avril-début mai 2019 au plus tard.  Depuis lors les travailleurs du SYNATIC n’ont pas eu de satisfaction. Le retard dans l’opérationnalisation du statut de Société d’Etat selon le SYNATIC pénalise incontestablement le peuple burkinabè dans son droit à l’information. Pour le secrétaire général, la société d’Etat doit consacrer l’indépendance éditoriale des médias publics et résoudre les questions d’équipements adéquats et de  moyens de fonctionnement, etc.

Le SYNATIC tient à souligner que l’alternative du statut a été une proposition du gouvernement en réponse à la revendication de statut autonome exigé par les travailleurs depuis 1997. Le statut de Société d’Etat a été acté par les lois sur la presse adoptée en 2015 comme solution à la revendication du SYNATIC en vue de résoudre une bonne fois les problèmes récurrents que connaissent les medias publics depuis des années.

Le secrétaire général affirme : « nous  ferons tout pour obliger le gouvernement à respecter son engagement. Nous lançons alors un  appel à tous les travailleuses et travailleurs de médias publics à rester mobilisés et à l’écoute de tout mot d’ordre que la situation exigerait ».

Cette conférence de presse est le départ des actions que le SYNATIC a prévu pour arracher la concrétisation de ce projet. Il affirme qu’après cette conférence, il y aura une large concertation avec tous les camarades de Ouagadougou et des sections qui sont dans les régions et que c’est là-bas qu’ils vont déterminer la suite des actions qui sera menée. Il a assuré les medias que dès le jeudi prochain, ils sauront s’il y aura un ultimatum ou pas.

Assata SINARE

 

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 1 =