Habitat et valorisation des matériaux locaux : L’entrepreneur Mahamoudou Zi fait des merveilles

A l’occasion de la 4è édition de la Semaine de l’architecte tenue du 10 au 12 Janvier 2019 au SIAO, Cité élégance a accordé une interview au directeur de l’entreprise ZI MATERIAUX, M. Mahamoudou Zi. Entre tradition et modernité, Mahamoudou Zi, à partir de la ressource terre, fait des merveilles en termes d’innovation dans le domaine l’habitat. Parti de rien, aujourd’hui, M. Zi est l’une des jeunes entrepreneurs en vue qui manie avec dextérité les matériaux locaux dans la conception et réalisation des habitats écologique et durable. A travers les lignes qui suivent, il s’exprime sur la question et égrène les défis à relever.

CITE ELEGANCE : Que fait l’entreprise ZI MATERIAUX ?

 

Mahamoudou ZI : Zi Matériaux est une entreprise qui existe depuis 1992 et travaille dans la production et dans la mise en œuvre des matériaux locaux de construction. La majeure partie des matières premières est locale. Pres de 90 % des matières premières sont disponibles au niveau local. Nous fabriquons essentiellement des produits locaux. Nous faisons des produits locaux essentiellement du bloc de terre comprimé, des tuiles à moitié vibrées, du bloc latéritique taillé disponible (BLT). Il est beaucoup développé dans la région de l’Ouest du Burkina Faso. Le bloc de terre comprimé c’est des terres stabilisées en ciment ou en locaux. Il y a les tuiles qui sont faites en étau pour la toiture et quelques éléments pour la toiture extérieure. Nous faisons aussi la formation professionnelle et les BTP de façon générale.

Quel est l’intérêt pour vous de prendre part à la semaine de l’architecte ?

 Mahamoudou ZI: Pour ce qui est de la semaine de l’architecte, nous avons choisi d’y participer en vue de continuer le travail que nous sommes obligés de faire. D’abord parce qu’on aime notre domaine de travail. Ensuite nous voulons créer aussi bien des emplois que de rehausser la qualité de nos ouvrages en matériaux locaux. Quoi qu’on dise, nous créons de l’emploi pour la jeunesse car ce n’est pas une seule personne qui peut faire le travail, c’est toute une équipe, une chaine. Enfin, c’est une occasion pour nous de valoriser et vulgariser le savoir-faire local. Les matériaux qui sont localement disponibles ne demandent qu’à être rénovés pour plus de qualité à nos ouvrages.

 Pourquoi avoir choisi de porter votre choix sur ces matériaux locaux ?

Mahamoudou ZI: Personnellement, j’ai l’amour de la terre. Il y a l’habitat traditionnel qui demande beaucoup ces matériaux locaux et pendant des années c’est toujours la même chose. Notre petite expérience avec les vieux architectes aussi bien du pays et aussi des pays développés révèle qu’avec les matériaux locaux on peut valoriser et innover ce secteur. Lorsqu’on regarde c’est un matériau qui est beaucoup utilisé et malheureusement il n’y a pas d’innovation derrière. Donc ce choix, c’est de donner plus d’innovation dans ce secteur de matériaux locaux car nous avons de la matière pour valoriser ce secteur.

 

Quels sont les grands défis à relever dans ce secteur ?

Mahamoudou ZI: Les grands défis de ce secteur sont la formation professionnelle et le transfert du savoir-faire de ce qu’on sait. Cela devrait permettre d’assurer la relève en termes de valorisation et d’innovation dans le secteur.

 Selon vous, est ce que les gouvernants sont conscients de l’importance de ce secteur et y investissent ?

 Mahamoudou ZI: Je pense qu’ils parlent maintenant ; j’ai eu la chance d’être dans ce secteur depuis 27 ans. J’ai vu des hauts et des bas et je constate qu’ils s’en intéressent plus maintenant. Nous avons une association et nous sommes allés voir l’Assemblée nationale pour échanger dans  quelles mesures le quota sur les matériaux locaux peuvent être utilisés dans la mise en œuvre des ouvrages publics. Il n’y a pas eu de suite mais c’est toujours en projet. C’est à ce niveau qu’il aura le déclic car pour ceux qui ont un minimum vital, les matériaux en terre sont pour les pauvres. Pourtant ce n’est pas vrai, c’est un matériau où il fait bon vivre, c’est un isolant thermique très important par rapport aux matériaux classiques. Et le fait que nous n’avons pas d’énergie donc c’est un matériau qui nous permet d’économiser beaucoup d’énergie et il est compatible avec l’environnement contrairement à certains matériaux classiques qui ont un impact négatif sur l’environnement.

 

Quels messages avez-vous à l’endroit de la jeunesse par rapport à ce secteur d’activité ?

 Mahamoudou ZI: Nous demandons à la jeunesse d’essayer de comprendre ce qui se fait sur place et ils doivent savoir qu’il y a de l’expertise nationale qui est de qualité, qui demande à être exploitée et cela demande de la main d’œuvre. Il y a aussi des gens qui sont près à transmettre leur savoir-faire aux jeunes qui ont l’amour de ce métier. Il y a beaucoup d’ingénieurs, d’architectes, des entreprises et même des particuliers qui ont envie d’embrasser ce secteur de matériaux locaux et nous sommes disponibles pour transmettre ce qu’on connait et en même temps avec eux continuer les recherches pour améliorer ce secteur.

 

Propos recueillis par Adama Ouédraogo et Kader Sana

 

www.pdf24.org    Send article as PDF   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.